Victoire de Kâlabhairav

Cette poussière grise qui rend
les pantalons noirs blancs
les pantalons blancs noirs
et sur ce banc de poudre
près des marcassins bleus
et sous les palmiers rouges
Avalokitesvar
crie son silence d’espoir
avec ses mille bras d’or

Cet enfant vieux qui pense
sa mère sur un nuage
son père sur un éclair
et sur ce béton gris
près des cœurs au lointain
et sous la terre de fer
entend scander Skanda
son silencieux espoir
avec son épée d’or

Ces gens pluvieux qui vont
leurs cœurs sous un nuage
leurs corps dessous l’orage
et sur ces genoux ords
près du sol tous saignants
et sous la boue de verre
aux pieds de Mahâkâl
espèrent en ses bras durs
avec l’or d’un silence


J-S Desnanot


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s