Mégâ Çiva Râtri

Djeʈa ʈewi gueleddjelo
prewaho pawitestholê
guelêwelembyo lembitam
bhoudjengo toungo malikam
ɖemeɖɖemeɖɖemeɖɖeme-
-trinado weɖɖemerweyem
tchekaro tchenɖetanɖewon
tenôtou noh Çiwoh Çiwom

De la forêt de mes cheveux
de l’eau descend mouille mon cou
où s’insinue serpent rosaire
et je fais taper le tambour
‘demeddemeddemeddeme’
puis je frappe de mes pieds d’homme
le rythme par lequel tous sont
rassasiés de Çiva Çiva

Sous le talon de mes cothurnes
te voilà prisonnier, humain
où tu apprendras la terreur,
la joie, la vie, la mort, l’amour
où longtemps je t’enseignerai
à ne plus les discriminer
Lumière obscure et noirceur blonde
sont filles de Çiva Çiva

Je descends des monts en hurlant,
je brûle les champs en fumant,
je fends les villes qui me nient
je tue les rois qui me renient
Partout où l’on me désavoue
je fais pousser la belladone
Tous ceux qui me traitent de fou
meurent par la main de Çiva

Homme, vois, je suis ton seigneur,
je suis ton éternel amant
je suis le rire de ta fin
Je suis le spleen de ton enfance
et le regard de ton époux
Ne tente pas de t’échapper
Je te connais mieux que toi-même
qui t’éteins aux pieds de Çiva

Je sais quel est ton désespoir
je sais l’absurdité du monde
Je lis ton regard assombri
attendant la fin des douleurs
Je viens, j’apporte solution
que seuls les acteurs savent dire
Je détruirai l’illusion de
croire que l’on peut fuir Çiva

Au lieu de lutter, marionnette
que je serre entre mes doigts bleus,
laisse-toi lentement partir
dans le feu fou de mon sourire
Que comme le raisin pressé
sous les pieds de mes gais satyres
ton coeur connaisse enfin l’orgasme
d’être piétiné par Çiva

Avant toi j’ai connu aussi
la déchirure qui te suit
Comme toi j’ai fini aussi
écorché par tous les vivants
Avant toi j’ai subi aussi
le froid, l’injure et l’ignorance
Comme toi je deviens aussi
le dieu de la haine : Çiva

Dans la forêt de mes cheveux
une rivière t’attendra
où le serpent te conduira
pour danser au rythme des pas
que sous mes bottes de peau d’homme
je frappe pour toi et pour moi
Et lorsque tu disparaîtras
tu chanteras ‘Çiva Çiva’


Jean-Sébastien Desnanot


Note : This is a French version. Click and find the English version: 【Mega Shiva Ratri】

Picture Credits: Unknown. If you know about this picture’s artist, please, send me information

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s